Institut de Chimie Radicalaire

La recherche à l’Institut de Chimie Radicalaire se concentre sur les composés porteurs d’électrons célibataires. Nous maîtrisons leur structure à travers la synthèse, la caractérisation et les simulations pour accéder à un large éventail d’applications, des matériaux avancés aux utilisations thérapeutiques.

ICR en chiffres

8 équipes de recherche travaillant aux interfaces de la chimie radicalaire, de la synthèse organique, des simulations, des matériaux ou encore de la biologie.
0
Equipes
0
Personnes
0
Publications par an
0
Contrats Scientifiques

A la Une

L’ICR remercie la ROGER PELLENC FOUNDATION pour son soutien au développement de la recherche du laboratoire. L’objectif de cette fondation est le développement de la connaissance scientifique française dans le domaine des énergies renouvelables et notamment des batteries de nouvelles générations

blank

La technique de polarisation dynamique nucléaire ou PDN (en anglais : Dynamic Nuclear Polarisation ou DNP) permet, grâce au principe du transfert de la polarisation du spin électronique au noyau, de palier à la faible sensibilité de la technique RMN.

Retrouvez cet appareil au Spectropole de la Fédération Sciences Chimiques Marseille

blank

Toutes nos félicitations à Giulia Mollica qui a été nommée membre distingué Junior de la Société Chimique de France 2022 !

Nous avons le plaisir d’accueillir trois nouveaux chercheurs CNRS.

blank

Toutes nos félicitations à notre collègue et directeur Didier Gigmes qui s’est vu décerner la médaille d’argent du CNRS 2022 !

L’ adsorption de molécules d’iode (I2) présente un intérêt crucial lorsque des isotopes radioactifs impliqués dans le cancer de la thyroïde sont relargués dans les centrales nucléaires ou après des accidents nucléaires. Le nouveau matériau découvert, composé de cristaux moléculaires formés par l’empilement de complexes Hôte-Invité, possède des canaux très affins pour les molécules d’iode, bien que ces canaux soient remplis d’eau. Cette propriété est remarquable pour des utilisations en conditions réelles, tout comme les économies d’énergie liées à l’obtention et l’activation de cette nouvelle catégorie de matériaux.

blank
blank

L’atovaquone, un médicament utilisé pour traiter le paludisme, est connu pour inhiber la chaîne de transport électronique mitochondriale. Dans cette étude, nous avons développé un nouvel agent dérivé de l’atovaquone ciblant les mitochondries (Mito-ATO). Cette molécule s’accumule dans les mitochondries de cellules cancéreuses ainsi que dans les cellules immunosuppressives au sein du microenvironnement immunitaire tumorale (TIME). En utilisant une approche de vaccination in situ, l’injection de Mito-ATO dans les tumeurs primaires a déclenché de puissantes réponses immunitaires des lymphocytes T en local mais aussi dans des sites tumoraux distants.

blank

Des chercheurs des équipes SACS et CMO ont démontré que la RMN à l’état solide, combinée à la polarisation nucléaire dynamique (DNP), permet de révéler la formation d’espèces métastables transitoires (e.g. espèces de nucléation et pré-nucléation) durant les premières étapes de cristallisation de la glycine en milieu nano-confiné. L’approche repose sur l’utilisation d’une nouvelle classe d’agents polarisants constitués de silices mésoporeuses contenant des radicaux TEMPO dans les murs du matériau, développés à l’ICR. Les résultats montrés ouvrent de nouvelles perspectives sur la possibilité de dévoiler l’aspect mécanistique de la nucléation au niveau atomique.